De « Questionnons l’alternance » à « Développons les alternances » : un appel à l’innovation pour les MFR

« Impertinence, bienveillance et intranquillité » : c’est habité par ces trois mots-clés que je suis rentré de mes journées d’étude des Maisons Familiales Rurales, organisées il y a déjà près de trois ans à la Cité des Sciences et de l’Industrie de La Villette, à Paris. Le thème en était « Questionnons l’Alternance » : différents intervenants, pour la plupart extérieurs aux MFR, étaient intervenus pour questionner nos pratiques. J’étais alors « moniteur » à la  MFR de Goven, près de Rennes, depuis plusieurs années, et j’ai beaucoup apprécié la tonalité de cette approche, qui alternait entre des « piqûres de rappel » à nos grands principes fondateurs et la nécessité de sans cesse revisiter nos pratiques…

Ainsi, les orateurs nous appelèrent successivement à  « oser l’impertinence » (Jean-Claude DAIGNEY – directeur de l‘UNMFREO), à repenser l’alternance à travers le filtre du temps pour que nous devenions de véritables « aménageurs du vide » plutôt que des dispensateurs de « trop plein » (Jean-Pierre BOUTINET – Professeur émérite – UCO d’Angers)… Je retiens également le témoignage éclairant d‘Emmanuel DAVIDENKOFF (Chroniqueur sur France Info et directeur de publication du groupe L’Etudiant) qui, invité pour un jour d’une Maison Familiale de l’Ain, a parfaitement su retranscrire les forces, et les éventuelles faiblesses de notre système aujourd’hui. Il a ainsi porté un regard « bienveillant » sur notre aptitude à ancrer les jeunes dans des pratiques coutumières et des territoires et « intranquille » sur une ouverture potentiellement insuffisante à un Ailleurs, également porteur d’espoir et d’avenir. Nous avons bénéficié enfin du regard éclairé d’André GIORDAN, chercheur spécialiste des représentations mentales et militant de l’Apprendre à apprendre

J’ai créé alors mon premier blog, aujourd’hui disparu et remplacé par le petit dernier que vous parcourez peut-être en ce moment, pour remercier tout d’abord les organisateurs et les participants de cette manifestation, notamment ceux que je me suis permis de citer ici. En effet, j’avais pu mesurer dès le lendemain face aux jeunes combien il est utile de toujours garder en tête le sens de ce que nous réalisons avec eux, de porter sur eux ce regard humaniste qui caractérise notre pédagogie. Un moniteur qui garde lui même cet « appétit » d’apprendre éveille chez les jeunes à leur tour la curiosité et cette même faim bénéfique. J’ai donc estimé important de pouvoir poursuivre ce débat et ces échanges autour de cette nécessité pour le formateur ou l’éducateur de conserver ce regard « bienveillant » qui rassure et « intranquille » qui le pousse à se remettre en question, quitte à paraitre impertinent !

De la même façon, nous pouvons essayer, dans nos pratiques auprès des jeunes, de cultiver cette alternance des temps entre le confort du connu et l’inconfort de l’inconnu et de l’imprévu. Apprendre dans l’imprévu, « ne plus penser sa vie en terme de trajectoire » (Jean-Pierre BOUTINET, encore), réappréhender sa conception du temps et de l’espace en formation (car l’aménagement de l’un ne va pas sans l’autre) : ce sont peut être les nouveaux enjeux de l’apprentissage par alternance.  En effet, au delà de la simple variation des activités et de l’attachement au sens qu’elles portent, une formation par alternance pourrait apporter aux jeunes des outils inédits de navigation dans leur temps de formation, et plus généralement dans les différents temps et lieux qui construiront leur vie. Peut-être un moyen de les guider vers cet « Autre » ou cet « Ailleurs » et, pour répondre au clin d’oeil porté par Emmanuel DAVIDENKOFF  sur le slogan des MFR lors de ces journées d’étude, vers une « Réussite Autrement », c’est à dire en dehors pourquoi pas de leurs ancrages familiaux ou territoriaux…

Au delà de ces réflexions, et aujourd’hui encore, ce blog vise également à faire connaitre le mouvement dans lequel je me suis inscrit il y a déjà quelques années… »Faites vous connaitre ! » avait d’ailleurs scandé Martin HIRSCH (Haut-Commissaire à la Jeunesse), invité d’honneur de nos journées à l’époque…

Les 28 et 29 novembre prochains, toujours à la Cité des Sciences et de l’Industrie de La Villette, les Maisons familiales rurales renouvellent leurs journées de formation sur ce nouveau thème : « Développons les alternances ». Je suis sûr qu’elles seront l’occasion pour certains participants, comme ce fut le cas pour moi il y a quelques années, de renouer avec cette « impertinence bienveillante et intranquille » qui pousse à l’expression, à la création et l’innovation…

 

Publicités