Le triangle pédagogique, de Houssaye à Cosmopoulos

Entre ce que j’ai prévu de faire en classe et ce que j’arrive à mettre en place réellement avec les jeunes, il y a souvent une marge d’adaptation. Cela revient à visualiser le triangle pédagogique proposé par Jean HOUSSAYE[1] qui définit l’acte pédagogique comme l’espace entre les trois sommets d’un triangle.

L’acte d’apprentissage est donc conditionné, en partie, par la relation qui lie l’apprenant à l’enseignant, et qui peut être considérée comme le centre des préoccupations pédagogiques.

Alexandre COSMOPOULOS[2], parle de la relation pédagogique comme d’une « source » et d’un « catalyseur de toute efficacité éducative ». Selon lui, c’est « la qualité de la relation pédagogique à la fois chaleureuse et respectueuse qui peut conférer au processus éducatif son pouvoir de formation et de développement de la personne ».

Installer une relation pédagogique de qualité

Un certain nombre de jeunes arrivent à la MFR, comme dans un bon nombre d’autres établissements, en disant « ne pas aimer l’école » et « ne pas aimer les profs ». Cela implique forcément quelques mises au point en début d’année. Refus de travailler, refus d’écouter, refus de s’assoir à sa place, bavardages, bricolages divers, et quelquefois au-delà provocation verbale, insolence? Facec à toutes ces situations, il me faut « faire face » : par rapport au jeune lui-même et par rapport à la classe qui attend une réaction de ma part. Différents moyens existent alors, pour éviter de tomber dans le piège du conflit. Que l’on recourt à son autorité (naturelle ou feinte), que l’on fasse preuve de persuasion (l’affectif n’est alors jamais loin…attention), que l’on fasse appel à divers renforcements positifs (récompenses) ou négatifs (punitions) au risque de se transformer en dresseur,  ou qu’on recourt à différentes techniques de communication : reconnaissons que dans ces moments-là, toutes les astuces sont bonnes ! Avec le recul, certains comportements doivent être évités, et mon expérience penche en faveur de la communication (analyse transactionnelle par exemple) pour désamorcer les conflits.

La relation pédagogique peut alors s’installer…


[1]    HOUSSAYE J..Théorie et pratique de l’éducation scolaire : le triangle pédagogique . Peter Lang, 1988

[2]    COSMOPOULOS, Alexandre. La relation pédagogique, condition nécessaire de toute efficacité éducative, In Revue française de pédagogie, 1999, volume 128, p. 97-106

Publicités