Métacognition et formations alternées

Ne doutons pas de l’importance de la métacognition, cette« interrogation par laquelle l’apprenant devient sujet de son apprentissage »[1] qui, par la prise de recul qu’elle implique dans l’observation de son propre mécanisme d’apprentissage (notamment à travers l’analyse de ses échecs), pointe l’importance de la méthode dans l’atteinte de ses objectifs.

 « Connais-toi toi-même »[2].

Socrate

Déjà en son temps, cette célèbre devise indiquait l’importance de ce regard sur soi selon Socrate, qui pratiquait la Maïeutique (l’art de l’accoucheuse) :  le Vrai est en chacun de nous et le questionnement du maître va le faire venir à la conscience.

Porter un regard sur le chemin qui a mené à un échec ou à une réussite est donc un réflexe vertueux que nous devons favoriser chez les jeunes (et moins jeunes) en formation afin de favoriser l’autonomie des apprentissages.

De la même façon, le pédagogue doit sans cesse questionner sa pratique pour porter un regard « intranquille » sur ses méthodes et outils : vive la remise en question et l’innovation !

 


[1]    MEIRIEU, Philippe. Le choix d’Eduquer. ESF éditeur, 1991. 198 p. Coll. Pédagogies

[2]    SOCRATE, devise, pas de source écrite, témoignage d’époque.

Publicités