Pourquoi est-il avantageux de participer en classe ?

Les bulletins de notes sont parsemées de remarques du type « gagnerait à participer davantage » et nous considérons donc comme acquis la nécessité de s’impliquer à l’oral… Mais pourquoi donc ?

Faciliter les interactions verbales permet de travailler sur les représentations de chacun, le fameux « déjà-là ». L’apprentissage peut être considéré comme une transformation du  « déjà-là » en un nouveau savoir actualisé. Le rôle du formateur est donc de proposer aux apprenants des situations pouvant laisser s’exprimer ces conceptions parfois erronées, ou insuffisantes, pour les guider vers un nouveau mode de représentation. L’expression verbale est un moyen de dépister ces conceptions mais on peut également utiliser l’écrit, le dessin ou l’analogie « c’est comme… ». André GIORDAN et G. de VECCHI dans les « Origines du Savoir »[1], ont étudié ces mécanismes qui entravent ou facilitent les apprentissages.


[1]    DE VECCHI G. et GIORDAN A. Les origines du Savoir. Delachaux, Neuchatel, 1987

Publicités